Patrimoine

En 1844, la commune de Méaulte comptait 940 habitants. Le bourg a malheureusement souffert pendant les 2 grandes guerres. Le village fut détruit en 1918 et bombardé pendant la seconde guerre. Deux cimetières britanniques témoignent encore de ce passé douloureux.

Méaulte signifie habitation placée au milieu des eaux, « médium aquarium », souvent inondée, « moult », en raison des eaux abondantes de l’Arrouaise qui affluent dans le fossé. Les eaux de l’Arrouaise traversent la commune et vont ensuite se jeter dans l’Ancre. L’histoire se répète et le cours d’eau nous a rappelé ses origines en 2001 lors des inondations.

La proximité d’Albert, le site industriel d’Airbus France, sa vocation agricole ont permis son développement. Aujourd’hui la commune de Méaulte compte 1341 habitants au dernier recensement de 2010.

Ses écoles, sa mairie, sa poste, ses commerces, son église Saint-Léger dont le clocher a été « raccourci » en 1973, ses usines, son complexe sportif (1 city-stade, 1 terrain de  tennis, 2 terrains de football), sa salle polyvalente, ses nombreuses associations apportent une activité intense et une qualité de vie indéniable à ses habitants.

Il est difficile de ne pas associer Méaulte à l’aéronautique et au nom de Henry Potez, ingénieur et constructeur aéronautique né à Méaulte en septembre 1891. Il créa l’usine des “aéroplanes Henry Potez” en 1924 d’où sortiront plus de 7000 avions dont les célèbres « Potez ». L’usine employait en 1931-32 3200 ouvriers et était de loin la plus importante du monde dans son domaine d’activité.  L’usine, considérée comme industrie stratégique en 1936, a ensuite été nationalisée et rattachée  à la Société Nationale de Constructions Aéronautiques du Nord.

Après la  guerre, Nord-Aviation, les usines de Méaulte, produisent leurs derniers avions complets (Nord 3202 pour l’Alat) puis commencent à produire des éléments d’avions pour les programmes aéronautiques nationaux (voilure des Mirages III, éléments de Concorde).

En 1970, Nord-Aviation et Sud-Aviation fusionnent et forment la SNIAS (Société Nationale Industrielle Aérospatiale). Ensuite l’usine appartient au groupe Airbus et aujourd’hui à Aérolia. Elle est actuellement filiale à 100 % du groupe EADS.  Le 1er janvier 2015, Aérolia et Sogerma fusionnent. L’usine méaultoise est baptisée Stelia Aerospace.  Elle est toujours le véritable poumon économique et industriel de la région. Aujourd’hui, Méaulte dessine son avenir riche de son passé rural et industriel.